Vélo : comment l’UE encourage-t-elle sa pratique ?

Au cours de l’année 2017, 20,5 millions de vélos ont été vendus en Europe. Suite à la pandémie, le développement des déplacements à vélo s’accélère dans de nombreuses capitales européennes avec une augmentation du parc cyclable variant entre 11 et 48% selon les villes. Avec un total de 22 millions de vélos vendus en 2021 ; soit une augmentation de 10% en trois ans ; le vélo affirme sa place d’alternative privilégiée à la voiture individuelle.

Face à l’engouement des usagers ainsi qu’à la conjoncture économique et écologique, l’Union Européenne encourage le développement de la pratique du vélo au travers de ses plans de mobilité et ses aides financières.

aides union européenne vélo

Le soutien législatif de l’UE pour le développement du vélo

Le premier levier de l’Union Européenne pour soutenir le vélo est la protection des professionnels avec la mise en place d’un bouclier légal avec des lois anti-dumping voté en 1993 et renouvelé en 2019 pour 5 ans. Initialement prévu pour limiter l’impact des vélos vendus à bas prix par la Chine, cette taxe anti-dumping concerne désormais 7 autres pays par lesquels les vélos chinois transitent pour contourner la législation. Ce dispositif a permis de conserver plus de 100 000 emplois directs et 800 PME dans toute l’Europe. 

Le vélo s’impose comme solution privilégiée dans le cadre d’une politique de désengorgement et de décarbonation des villes. Ainsi dans le cadre de son initiative TENS (Trans-European Transport Networks) ayant pour but d’améliorer le réseau de transport, l’UE a voté en décembre 2021 une feuille de route sur la mobilité verte. Dans celle-ci on retrouve un axe préconisant l’aménagement d’espace dédiés à la pratique du vélo. Cela fait sens lorsqu’on observe l’enthousiasme autour des pistes cyclables temporaires installées après la pandémie dans plusieurs capitales européennes. Une initiative permettant une augmentation jusqu’à 40% du trafic cycliste selon une étude du research institute on global commons and climate change de Berlin. Cette performance confirme ainsi la corrélation entre la proportion d’infrastructure et la part modale.

Au-delà des enjeux d’urbanisation, le vélo représente également un enjeu économique majeur. En vue de cela, des aides financières sont mises en place pour faciliter son accessibilité et en encourager la pratique. 

vélo europe

Des aides financières pour encourager la pratique du vélo en Europe

Les enjeux économiques du vélo sont nombreux aussi bien pour les états que pour les citoyens. Avec un coût moyen de 381 euros et un coût annuel d’entretien variant entre 80 et 135 euros, le coût d’un vélo est nettement inférieur à ses bénéfices. Pour le vélo électrique, le prix d’achat moyen s’approche des 2000€ et une révision coput en moyenne 70€. Face aux coûts des carburants et des autres moyens de transports, le vélo reste le moyen de transport le moins coûteux sur la durée.

Selon la Fédération européenne des cyclistes, les gains du vélo pour l’économie européenne par an seraient de 150 milliards d’euros. Un tel volume se justifie par des domaines comme le cyclotourisme ou le marché du vélo et des accessoires. Face à cela l’union européenne revoit sa politique et investit de plus en plus dans les projets autour du vélo de ses pays membres. Dans cette dynamique la part de financements accordés au vélo ne cesse de croître. Estimé à 700 millions pour la période 2007 – 2013, elle a été revue à la hausse pour atteindre 2,5 milliard d’euros pour 2014-2020. En 2021, L’Union européenne intensifie ses efforts avec la mise à jour de son règlement financier, donnant une nouvelle dynamique aux investissement en faveur de la mobilité durable. Deux fonds structurels européens traditionnellement utilisés pour le financement des projets d’investissements cyclables sont concernés : le fond européen de développement régional (FEDER) et le fond de cohésion (FC). Les modifications au niveau de la prioritisation et la définition des objectifs profiteront à la mise en place de projet autour du vélo, de sa pratique et des aménagements nécessaires.

Ce cadre institutionnel permet aux différents pays de mettre en place des mesures de financement internes. Ainsi la France et l’Espagne proposent plusieurs aides financières à l’instar du bonus écologique et de la prime à la conversion qui renforcent l’attractivité du vélo électrique.

Quels nouveaux défis pour le monde du vélo ?

Les soutiens politiques et financiers apportés par l’Europe sont en croissance, même si l’urgence climatique et la conjoncture pourraient accélérer encore davantage les investissements pour le vélo. L’augmentation du nombre de vélos en circulation en Europe soulève de nouveaux défis en termes de sécurité des usagers et de leurs équipements . Face à cela, la connectivité apporte des solutions pour la sécurité des cyclistes et des vélos. Grâce à la data, on peut soutenir et accompagner ce marché du VAE avec des offres toujours plus proches des besoins et des attentes des usagers.